Booking

Booking : partenariat « Ami » ou partenariat « Ennemi » ?

Juste envie de relayer cet article pour souligner l’importance de la relation partenariale entre l’hôtelier et le distributeur (quel qu’il soit). Qu’on soit un TO classique, une OTA… tout est question de relations humaines, d’échanges, de bonne entente et d’échange donnant-donnant. Avoir un contact privilégié, un market Manager qui puisse vous orienter, vous conseiller, vous aider à améliorer votre production, vous recadrer et vous privilégier car il a un bon relationnel avec vous ; ceci est une évidence.

Alors, nous ne rentrerons pas dans les exemples divers et variés mais le témoignage relayé sur le site de l’Hôtellerie-Restauration résume tout. « On peut pratiquer d’autres tarifs sur son propre site web et restez Partenaire Préféré chez Booking ! ».

Alors, vous voyez !…

Booking.com et les hôteliers, entre parité et disparités

Les hôteliers entretiennent des relations ambiguës avec leur distributeur. Les discours virulents font souvent place, sur le terrain, à une tout autre réalité.

C’est en tant que partenaire que Booking.com est envisagé par la directrice en revenue management et distribution d’un hôtel 5 étoiles de Paris. « Nos relations sont franches et transparentes », dit-elle. Pour cette femme de décision qui revendique la maîtrise de sa politique commerciale, les relations avec l’OTA n’ont jamais été remises en question malgré la parité tarifaire. « J’ai parfois été en disparité pour favoriser les réservations sur mon propre site, reconnaît-elle, mais de manière très épisodique, ce qui fait que l’établissement est toujours resté dans les hôtels préférés chez Booking.com. »

« Les situations ne sont jamais figées et le dialogue est important. C’est cette absence de dialogue qui peu amener le distributeur à retirer un hôtel du système ‘préféré' », ajoute-t-elle. Les rapports avec Booking.com doivent s’inscrire dans la durée. »Booking. com nous a en effet beaucoup aidé même dans des périodes difficiles, quand nous étions en travaux, par exemple, ou lorsque nous avions une baisse de remplissage. »

Pour cette femme habituée à diriger sa politique commerciale d’un grand hôtel, la situation s’est apaisée depuis la publication de la décision de l’Autorité de la concurrence. « Nous pratiquons encore parfois la disparité car nous privilégions notre site internet, mais nous sommes conscients de ses limites. Nous ne pourrons jamais rivaliser avec Booking.com en termes de référencement. Il est essentiel que l’hôtelier sache garder la maîtrise de sa politique commerciale, seule garante de son indépendance. Booking.com pourra ainsi être pleinement considéré comme un partenaire privilégié, ce qu’il est déjà pour bon nombre d’hôteliers. »

 

Pour retrouvez cet article, cliquez ici.

 

Contact

Odile David
8 rue Armand de Pontmartin
84000 Avignon
France
M. +33(0)6 87 23 97 27
E. contact@hotrecom.com
T. +33 (0) 4 90 82 24 71

Nos offres « Menu & Carte » font l’objet d’un devis détaillé et personnalisé.

* obligatoire